Françoise Romaine
Une sainte dans la cité

Alessandra Bartolomei Romagnoli
Bernard Buchoud

Avant-propos de Bernard Buchoud

Épouse et mère exemplaire, profondément investie au service des plus pauvres dans la cité, mais aussi mystique, intervenant auprès du pape Eugène IV pour infléchir ses rigueurs, animatrice d’une vie communautaire ouverte, Francesca Bussa dei Ponziani, connue comme sainte Françoise Romaine (1384-1440) est une des grandes figures de la sainteté médiévale. L’éloignement dans le temps la condamne-t-il à rester méconnue ? Alessandra Bartolomei Romagnoli, l’une des meilleures spécialistes de la sainte, relève ici le défi de nous la rendre présente, dans un portrait qu’elle esquisse par touches successives, l’insérant dans son contexte et dégageant les traits d’un profil spirituel dont elle nous restitue l’actualité et l’universalité. Son texte est complété par des sources importantes, contemporaines de la sainte, traduites pour la première fois en français.

L’ouvrage est abondamment illustré, les reproductions des splendides fresques des Épisodes de la vie, des miracles et des visions de sainte Françoise Romaine comme de ses Combats avec les esprits malins, qui ornent l’ancien oratoire et l’ancien réfectoire de Tor de’ Specchi, la maison fondée par Françoise, constituant un vivant et précieux commentaire du texte.

Avant-propos de Bernard Buchoud |
Traduction du latin et de l’italien
par Bernard Buchoud

format 161 x 210 | 212 pages | ISBN : 979-10-95087-06-9

Collection Scriptorium

31 euros

L’enfant de sucre
exilée en Kirghizie sous Staline

Olga Gromova

Préface de Ludmila Oulitskaïa

L’enfant de sucre est un vrai conte de fées. C’est, si l’on veut, une suite de miracles. Et l’ultime miracle est peut-être la rencontre de Stella, déjà âgée, avec l’écrivaine Olga Gromova qui nous relate cette incroyable histoire. Stella et sa mère sont arrêtées à Moscou, en 1936, et envoyées dans un camp de Kirghizie destiné aux familles de traîtres à la patrie. Ce n’est que le début d’une suite d’épreuves que la mère et la fille vont traverser avec un immense courage.

Le livre d’Olga Gromova, sans parler de son fondement documentaire, est une œuvre artistique remarquable.

Extrait de la préface de Ludmila Oulitskaïa.

Préface de Ludmila Oulitskaïa | Traduction du russe par Bertrand Jeuffrain

format 161 x 210 | 192 pages | ISBN : 979-10-95087-05-2

Collection Gare de l’Est

22 euros

Les anciennes tourelles des maisons de Troyes

Albert Babeau

Paru en 1881, l’opuscule d’Albert Babeau (1835-1914), dont nous offrons la réédition, est une rareté, conservée dans la bibliothèque de notre monastère. Il s’agit en effet de l’exemplaire de l’auteur, qu’il a enrichi de dessins à la plume dans ses marges. C’est un érudit doublé d’un artiste qui nous invite à déambuler dans les ruelles d’une cité médiévale ressuscitée.

Édition de luxe imprimée sur vergé blanc antique 120 g. Tirage numéroté, limité à 500 exemplaires.

Préface de Dominique Roy, recteur de la cathédrale de Troyes

format 180 x 267 | 28 pages | ISBN : 979-10-95087-04-5

Collection Art de la page

12 euros

Confesser les péchés et confesser le Seigneur

Cesare Giraudo

Qu’est-ce que la confession ? Comment se confesser ? Questions que se posent beaucoup de chrétiens aujourd’hui, ou qu’il devient urgent de se poser à nouveaux frais. L’éclairage, à la fois liturgique, théologique et pastoral, apporté par le P. Cesare Giraudo, fait redécouvrir le sacrement dans toute sa richesse. Nourri par sa connaissance de la liturgie des Églises d’Orient comme de l’ancienne tradition de l’Église d’Occident, il montre notamment que la « confession » n’a pas que nos infidélités pour objet. La grâce du sacrement n’est-elle pas d’abord de confesser le Seigneur toujours fidèle ?

Traduction de l’italien par Georges Ruyssen

format 135 x 180 | 86 pages | ISBN : 979-10-95087-03-8

Collection Arbre de vie

confesser les péchés et confesser le seigneur

9 euros

Le jeu, la chute du ciel

Bashkim Shehu

Préface d’Éric Naulleau

Sort-on jamais de prison ? Ou plutôt : où la prison commence-t-elle? Dans l’Albanie totalitaire du second XXe siècle mise en scène par Le jeu, la chute du ciel, l’existence d’Aleks Krasta, condamné sans savoir pourquoi comme « traître à la patrie », témoigne pour des milliers d’autres, qui ont chacun « un livre entier à raconter ». Dévoré par l’ombre de son père, un membre éminent de l’appareil d’État, et emporté par sa disgrâce, il connaît vraiment tous les degrés d’une descente aux enfers ; l’y accompagne son seul ami, le narrateur, son double, qui recueille le texte de sa vie. La culpabilité omniprésente (qui apparente le héros au K. de Kafka), les tortures infligées aux franciscains de Shkodra, la femme aimée devenue trompe-l’oeil… le monde n’offre d’autre issue que le vertige intérieur, ce jeu où il faut être personnage, dramaturge et spectateur. Avec son étourdissante maîtrise de l’emboîtement des récits, Bashkim Shehu élabore une véritable écriture du carcéral, guidée à tâtons, dans le labyrinthe des souvenirs, par le fil d’une espérance : que justice soit faite.

Traduction de l’albanais par Michel Aubry

format 161 x 210 | 200 pages | ISBN : 979-10-95087-02-1

Collection Gare de l’Est

19 euros

Mot à mot
une vie dans le siècle soviétique

Liliana Lounguine

Récit recueilli par Oleg Dorman

« Si vous voulez savoir ce qu’était la vie dans l’intelligentsia soviétique et, à travers l’exemple de la vie d’une femme, à la fois non ordinaire et “comme les autres”, comprendre ce qu’a été le XXe siècle en URSS, lisez ce livre passionnant. Liliana Lounguine a été une grande traductrice du français en russe, elle a été l’amie, entre autres, de Jean-Pierre Vernant et du merveilleux Victor Nekrassov, badaud parisien ; elle est la mère du cinéaste Pavel Lounguine. Son mari était un fabuleux scénariste, qui a notamment co-écrit les scenarii des premiers films (ceux des années 1960) d’Elem Klimov. Bref, ce livre permet de saisir, de l’intérieur, l’histoire politique, sociale et culturelle de l’URSS. Le livre est aussi resté pendant des mois numéro 1 des ventes en Russie parce qu’il parle vrai. »

Citation de Cécile Vaissié, historienne et professeure de soviétologie à l’université Rennes-II.

Traduction du russe par Bertrand Jeuffrain
format 161 x 210 | 400 pages | ISBN : 979-10-95087-01-4

Collection Gare de l’Est

mot a mot

24 euros